Quand l’histoire se moque de nous : Les origines du Poisson d’Avril

Souvent pensé les semaines le précédent, il est de ces moments festifs et amusants qui marquent le temps d’un instant. 

Adulé par les enfants, préparé par les plus grands, synonyme de plaisanterie, le premier avril est couramment décousu, et peu gagné sur le fil.

Cette fois-ci, pas de blague prévue, retour sur les origines d’un jour que l’Histoire s’est bien réservé de nous dévoiler. Ichtyologie hypothétique d’une farce vieille comme le monde

 

Poisson – Charles

Lors d’un voyage à travers son royaume pour pacifier les guerres de religion,, Charles IX constate que l’année commençe à des dates différentes selon les diocèses. Le 25 Mars pour certains, le 1er Avril pour d’autres, où l’on se voyait offrir cadeaux et autres étrennes. Pour uniformiser le calendrier, en 1564, il décide de rédiger l’édit de Roussillon qui instaure le jour de l’an au 1er Janvier. Idée datant de quelques décennies par l’empereur germanique Charles Quint.
Puis en 1622, sous la papauté de Grégoire V, l’ensemble de la communauté chrétienne s’aligne à cette même date. Ainsi, les présents offerts pour coutume, se sont transformés en fausses étrennes. Se moquer de celles et ceux qui étaient “pris comme un poisson dans le filer” par l’oubli du changement de date devint donc une sorte de tradition.

 

Poisson – pêcheurs

Une autre hypothèse ferait référence au fait que le mois d’avril était une période prospère pour les pêcheurs, à qui l’on offrait des harengs.

 

Poisson antique, poisson comique

Connaissiez-vous le dieu du rire ?
Momos, fils de Nyx (déesse de la nuit) et de Érèbe (les Ténèbres), est le dieu de la raillerie, des critiques malignes et des bons mots. Durant l’Antiquité grecque, il semblerait qu’une journée lui serait consacrée. À cette occasion, se déguiser, et piéger l’autre, faisait partie du folklore. Une coutume en serait née.

To top